FESTIV'ART PHOTO

le festival des auteurs photographes et des oeuvres photographiques

Francine KOELLER (Grandfontaine)

Comment as-tu commencé la photographie, et pourquoi la continues-tu ?

Depuis le club photo du lycée, j’ai toujours eu un appareil photo sur moi, souvent juste pour immortaliser les moments de la vie ou la beauté des lieux.
Petit à petit, j’en ai fait mon loisir principal et aujourd’hui, photographier est une parenthèse de détente. J’aime le moment de la prise de vue, le plus souvent dans le calme de la nature. C’est à la fois un moyen de m’évader, tout en étant intensément dans l’instant présent.

Couleur, noir et blanc, argentique, numérique ? Pourquoi ces choix ?

Couleur ! C’est ainsi qu’a été conçu le monde, vivant et coloré.
C’est aussi une question de sujet, certaines images s’imposent en N&B et je m’y aventure parfois.
Le numérique c’est facile, rapide et souple. Revenir à l’argentique, oui, pourquoi pas, mais la chaine complète jusqu’au développement, alors ça devient une question de temps à y consacrer.

Est-ce que c’est ce qu’on va retrouver dans ton exposition ?

Est-ce que c’est ce qu’on va retrouver dans ton exposition ?
Des gouttelettes d’eau, sphériques, régulières, équilibristes, poétiques, prises dans la nature, les matins couverts de rosée.

Y a-t-il un style photographique qui t’attire et auquel tu n’as pas encore touché ?

J’ai commencé à travailler sur le mouvement et plus particulièrement la trace de l’humain en mouvement.
J’aimerais oser photographier des êtres humains, en portrait ou en scènes de vie. Mon projet mouvement en sera peut-être la première étape.

Pour certains la chanson française, c’est Brassens, Brel… Et ton style photo de prédilection, pour toi c’est QUI ?

Ni héros ni style de prédilection, mais plusieurs coups de cœurs :
Vivian Maier, son histoire est incroyable et ses clichés tellement modernes,
Dong Hong-Oai, ses photos simulant la peinture de paysages dans l’art traditionnel chinois sont sublimes,
Michael Kenna pour l’épuré et notre amour commun des Huang Shan,
Ansel Adams, l’un des premiers « célèbres » à avoir photographié autre chose que des humains et porté la photo de paysages comme photo d’art ; sa série d’arbres est magnifique.

Le site Internet de Francine KOELLER

interview_FK

Francine KoellergoutteGrandfontainemacro

Raphael ZERR • 30 avril 2016


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *