FESTIV'ART PHOTO

le festival des auteurs photographes et des oeuvres photographiques

Interview Jean-François GABLE (Luxeuil)

Depuis combien de temps fais-tu de la photographie et comment la pratiques-tu ?

Combien de temps. Premier reflex à 18 ans, je vais sur 34, voilà. Grosse pause de plusieurs années. Je pratique en amateur, la photo n’est pas mon métier. Principalement à l’occasion de voyages/week-ends. J’aime bien toucher à tout, mais me poser devant un paysage reste pour le moment ce qui m’éclate le plus. Je ne me sens pas artiste. Je cherche à sortir quelque chose de correct quand je mets l’œil au viseur, ensuite c’est aux autres de dire s’ils accrochent ou pas. C’est très subjectif tout ça. Et c’est très bien comme ça. Ça évite de tomber dans le : « consomme ça, c’est bien ! Si si. On te dis que c’est bien. Point. »

As-tu déjà exposé tes images avant le Festiv’Art Photo ?

Non ! Flickr, ça compte ?!? Merci Sam de m’avoir poussé au c.. ! Merci Raph d’avoir lancé le truc. Merci Christine de surveiller le tout. Merci les autres de venir.

Que ressens-tu à participer à la 1ère édition de ce nouveau festival ?

Un peu tendu. J’ai vu de très belles choses dans les dossiers de candidature. Me sens tout pitit ! Sinon, c’est génial de se dire qu’on participe au lancement d’un festival qui pourrait devenir un des évènements du coin.

En tant qu’exposant, quelles sont tes attentes par rapport au festival ?

Avoir un retour, bon ou mauvais, sur ce que je vais présenter. Bien sûr. Mais aussi et surtout discuter, échanger, apprendre, me marrer. Rester dans son coin persuadé de détenir la vérité, c’est triste.

Et pour finir, peux-tu brièvement nous présenter la série que tu exposeras ?

Du paysage ! Assez bref ? Non, il y a des choses qui sont en réflexion, mais qui demandent à être travaillées, approfondies. Je me donne encore un peu de temps pour l’originalité. Je commence seulement à aller au delà de l’image en elle-même. Ou plutôt, je commence à avoir envie de juste me dire : c’est joli. D’ailleurs, c’est amusant, les livres de photos que je feuillète le plus souvent ne sont pas remplis de « simples » paysages. Bah, « c’est un processus » comme dirait l’autre.

JF-Gable-photo-dossierdepresse

interviewJean-François Gable

Raphael ZERR • 4 mai 2015


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *