Les premiers noms

Bonsoir.

Il est tant de commencer à dévoiler les premiers noms des photographes que vous pourrez croiser à la 3ème édition du Festiv’Art Photo les 19, 20 et 21 mai 2017 à l’Axone de Montbéliard !

Au delà de Fabien Dal Vecchio, notre invité d’honneur, le Festiv’Art Photo invitera également d’autres photographes pour la 3ème édition :

Amel BEN-GRICH, photographe tunisienne.
David CHAMBON (500px.com/boons), lauréat du vote du public 2015.
Frédéric COUTELLIER (fredcoutellier.com/), lauréat du vote du public 2016.
– et Cédric GIRARD (aube-nature.com/)

On vous parlera des ces photographes plus en détail prochainement.

À très vite pour les autres noms 😉

Festiv’Art Photo 2017 !

Et voilà, l’heure est arrivée de vous donner les premières informations concernant la 3ème édition du Festiv’Art Photo !

Tout d’abord, notre invité d’honneur 2017 sera :

FABIEN DAL VECCHIO

fabien-dal-vecchio

son site internet : Visunature.com
sa page Facebook : Fabien Dal Vecchio

Ensuite, Pour ceux qui lisent le journal, ils ont eu la chance de découvrir ce matin les 2 autres informations dans l’article ci-dessous :

Tout d’abord les dates, le festival se déroulera les 20 et 21 mai 2017 (l’inauguration aura lieu le 19). Vous pouvez bloquer ce week-end là dans vos agendas 😉

2016-09-16_er-axone

Et finalement le lieu, oui, vous avez bien lu, c’est à l’AXONE que se déroulera le Festiv’Art Photo 2017 !

logo-axone

L’aventure continue !!!

Au revoir, bonjour et premières infos pour 2017

Bonjour à toutes et à tous !

L’équipe du Festiv’Art Photo a pas mal d’informations à vous donner 🙂

Tout d’abord on vous annonce le départ de Jeff Gable. Mais pas de problème, c’est pour mieux s’occuper de sa petite famille qui s’est dernièrement agrandie ! On l’embrasse bien fort et on lui souhaite à lui et ses 3 « femmes » plein de bonheur !! Et encore merci pour son aide pour les 2 premières éditons du festival !

Pour « compenser », nous souhaitons la bienvenue à un nouveau membre dans l’association, le bien nommé JC Ouvrard qui tente une nouvelle expérience ! On lui dit merci et on lui souhaite la bienvenue dans l’équipe 😉

C’est tout pour les annonces, mais préparez-vous car à la fin de cette semaine on vous annoncera du lourd. Et histoire de vous teaser un peu, vous saurez enfin la date, le lieu (oui oui) et l’invité d’honneur de la 3ème édition du Festiv’Art Photo 😉

À très vite !

Frédéric COUTELLIER (Obaix – BELGIQUE)

Comment as-tu commencé la photographie, et pourquoi la continues-tu ?

J’ai commencé la photographie en 2004 suite à l’arrêt d’une autre passion, le VTT. Je suis donc un photographe autodidacte du numérique. Je la continue depuis lors car j’ai trouvé une passion parallèle mais très liée, l’ornithologie. Vous l’aurez compris, mes petits sujets, têtus, pas toujours très coopératifs mais néanmoins d’une rare beauté, sont donc les oiseaux.

Couleur, noir et blanc, argentique, numérique ? Pourquoi ces choix ?

Même si le noir et blanc correspond bien à certaines photos magnifiques, pour les oiseaux ça serait dommage de ne pas retranscrire la large palette de couleur que nous offre si généreusement mère nature. Je photographie tout en numérique pour la bonne raison que j’ai commencé avec ça et que pour vous présenter quelques photos réussie d’oiseaux, il faut des milliers de déclenchements, et ils sont « gratuits » en numérique. De plus à l’heure actuelle, les boîtiers argentiques ne répondent plus vraiment à ma pratique de la photographie ornithologique.

Est-ce que c’est ce qu’on va retrouver dans ton exposition ?

Des oiseaux 😀 c’est à 95 % ma production photographique même si je ne boude pas mon plaisir de photographier également des mammifères, des fleurs sauvages, des insectes et autres paysages…

Y a-t-il un style photographique qui t’attire et auquel tu n’as pas encore touché ?

J’ai touché un peu a tout et certainement parfois maladroitement, mais je reviens toujours aux oiseaux, c’est mon truc je pense, et je ne me vois pas faire autre chose.

Pour certains la chanson française, c’est Brassens, Brel… Et ton style photo de prédilection, pour toi c’est QUI ?

Au risque de surprendre, c’est… personne et tout le monde à la fois… on est tous potentiellement capable de sortir une belle photo, même si pour certains c’est l’affaire de quelques mois, pour d’autres des années de travail. Au final chacun à sa propre sensibilité artistique je pense.

Le site Internet de Frédéric COUTELLIER

interview_FC

Marie-Pierre RENAUD (Audincourt)

Comment as-tu commencé la photographie, et pourquoi la continues-tu ?

J’ai eu mon premier appareil photo argentique à 18 ans. Je prenais essentiellement des photos souvenir de vacances, de famille.
Début des années 2000, j’ai eu mon premier appareil numérique. J’ai adoré la liberté qu’il m’apportait, le fait de pouvoir prendre autant de photos que l’on voulait.
En octobre 2012, j’ai adhéré au club photo de Voujeaucourt, séduite par leur concept de formation. Pour moi qui n’y connaissais absolument rien dans le domaine de la photo et qui prenais des images en mode « tout automatique », c’était l’occasion d’apprendre la technique auprès de photographes qualifiés.
En parallèle j’ai pris pour habitude de visiter de nombreuses expositions photos un peu partout en France.

Couleur, noir et blanc, argentique, numérique ? Pourquoi ces choix ?

Numérique bien sûr ! Mais j’ai une certaine nostalgie de l’émotion que l’on éprouvait lorsque l’on découvrait ses tirages argentiques chez le photographe en se remémorant les souvenirs liés aux prises de vues.
J’ai réalisé mes premières photos numériques en couleur. Je m’oriente de plus en plus vers le noir et blanc.

Est-ce que c’est ce qu’on va retrouver dans ton exposition ?

Dans le cadre du Festiv’Art Photo, j’exposerai mes dernières images noir et blanc issues de ma série sur le thème des reflets urbains et paysagers.

Y a-t-il un style photographique qui t’attire et auquel tu n’as pas encore touché ?

J’aimerais pratiquer la photo de reportage pour saisir à l’instant T, un regard, un geste, une émotion… Sans chercher forcément à faire une belle photo mais une bonne photo, riche en information.

Pour certains la chanson française, c’est Brassens, Brel… Et ton style photo de prédilection, pour toi c’est QUI ?

J’aime les humanistes que sont Robert Doisneau et Willy Ronis, la géométrie dans les photos de Gianni Galassi, l’originalité, la recherche et la simplicité des images de Chema Madoz.

interview_MPR

Nicolas AMBS (Couthenans)

Comment as-tu commencé la photographie, et pourquoi la continues-tu ?

Avec l’achat de mon premier reflex j’ai voulu apprendre la photo, et découvrir les possibilités qu’elle offrait d’un point de vue artistique. Un collègue m’a encouragé dans cette démarche et m’a fait découvrir le monde des expositions. Les échanges avec le public passionné ou non, les pairs, les artistes dans d’autres disciplines lors d’expositions m’ont beaucoup apporté tant sur le plan artistique, technique, et surtout émotionnel./p>

Couleur, noir et blanc, argentique, numérique ? Pourquoi ces choix ?

Ayant découvert la photo il n’y a que 4 ans, je n’ai pas connu l’argentique. Couleur ou noir et blanc, il n’est pas question de dogmatisme, puisque à chaque photo son rendu pour qu’elle procure au final de l’émotion.

Est-ce que c’est ce qu’on va retrouver dans ton exposition ?

Je vais présenter mon travail sur un sujet qui m’inspire beaucoup : les arbres, qu’il soient êtres solitaires et torturés ou en société, avec une recherche d’atmosphères fantastiques, oniriques et irréelles.

Y a-t-il un style photographique qui t’attire et auquel tu n’as pas encore touché ?

Il me reste beaucoup de sujets et de techniques photographiques à découvrir.

Pour certains la chanson française, c’est Brassens, Brel… Et ton style photo de prédilection, pour toi c’est QUI ?

J’ai eu une « révélation » en regardant une série de cinq reportages du photographe Peter Lik. Sa philosophie : un cadre, une lumière, une ambiance, m’a paru évidente, et j’essaie de la faire mienne. Plus modestement.

interview_NA

le festival des auteurs photographes et des oeuvres photographiques qui reverra le jour… un jour.